Sacrifices – Pierre Lemaitre

Troisième tome de la trilogie Verhoeven, Sacrifices est celui que j’ai le moins aimé. Il commence très fort avec le braquage d’une bijouterie, la victime qui s’est trouvée au mauvais endroit au mauvais moment, qui n’est autre que la petite amie du commandant Verhoeven, l’enchaînement de l’action, bref, du lourd dès les premières pages. Malheureusement, l’action retombe vite et le rythme m’a semblé moins soutenu que d’habitude. L’enquête est axée sur retrouver l’auteur du braquage, et comme toujours avec Lemaitre, on a un rebondissement final qui balaye toutes nos théories. Sans dévoiler la fin, je l’ai trouvé un peu tirée par les cheveux et assez vite expédiée dans les explications données ce que j’ai trouvé assez dommage. Alors pour résumer, ça reste un bon thriller, mais il est légèrement décevant par rapport aux autres livres du même genre de l’auteur.

Travail soigné – Pierre Lemaitre

Je viens d’achever la lecture de Travail soigné de Pierre Lemaitre. J’avais déjà eu l’occasion de découvrir le commandant Verhoeven en lisant Alex, ignorant à l’époque qu’il s’agissait de plusieurs romans. Pour palier mon retard, j’ai donc opté pour la lecture des premières aventures de Verhoeven et je n’ai pas été déçue. On entre directement dans l’enquête avec la découverte d’un double meurtre de prostituées coupées en deux et les corps meurtris de sévices inimaginables. La trace d’une emprunte permet de relier ce crime à un autre tout aussi sanglant commis quelques années plus tôt à Trembay. Rapidement, le commande Verhoeven comprend que le meurtrier met en scène des crimes de la littérature policière :  American Psycho pour le double meurtre, et Le Dahlia Noir pour le crime de Tremblay. L’équipe du commandant se lance alors dans la recherche de tous les crimes non résolus qui pourraient être liés à la littérature.

Un livre entraînant et une enquête dans laquelle on est immédiatement happé. Le tout est écrit de manière simple mais le suspense est bien dosé pour nous donner envie de poursuivre notre lecture. Une bonne lecture donc, et un roman qui se dévore en quelques soirées – enfin, chacun son rythme de lecture. Je recommande !

Alex – Pierre Lemaitre

Ce thriller se déroule en trois parties. Dès le premier chapitre, le décor est posé : Alex, jolie jeune femme qui se plait à séduire, se fait enlever à la sortie d’un restaurant. Par qui ? Pourquoi ? Il faut poursuivre notre lecture pour le découvrir. La première partie traite de l’enlèvement d’Alex et de l’enquête qui s’effectue pour la retrouver. Lors de la seconde partie, Alex a réussi à s’échapper, son kidnappeur est mort, et elle continue de mener sa vie tandis que l’enquêteur Verhoeven cherche à mettre la main sur elle. Effectivement, on découvre qu’Alex n’est pas la victime innocente qu’on s’était imaginé, mais une tueuse en puissance. A travers les nouveaux crimes qu’elle commet, on essaie de comprendre ses motivations, mais l’auteur ne nous explique rien. On assiste à ses crimes en tant que spectateurs. Puis subitement, tout s’accélère et tout nous est dévoilé en troisième partie. Partie qui m’a peut-être le plus déçue. En effet, notre Alex décide de mettre fin à ses jours, mais pas n’importe comment. Sa mort, bien mise en scène, permet à la police de remonter jusqu’à son demi-frère. Là, les explications commencent. La méthode d’Alex pour tuer ses victimes, leur verser de l’acide dans la gorge. Les victimes d’Alex, en principe aucun lien entre elles. Aucun lien jusqu’à ce que le commissaire Verhoeven rattache les wagons.  Toutes les victimes ont un lien : elles connaissent le frère d’Alex et Alex elle-même. On découvre en effet que lors de son enfance, Alex a été sexuellement abusée par son demi-frère, et que ce dernier a poussé le vice jusqu’à la prostituer. Toutes les victimes d’Alex sont donc ses anciens bourreaux. Cet éclaircissement final nous permet de mieux comprendre ses motivations, et de s’apercevoir que son plan est rudement bien mené puisqu’elle réussit à faire accuser son demi-frère de son propre meurtre. On conclusion, un thriller bien mené qui se lit tout seul.

Robe de marié – Pierre Lemaitre

On pourra dire ce qu’on voudra, le mois de mai fut un mois rempli de bonnes lectures. Pierre Lemaitre vous connaissez ? Et bien mois je le connaissais de réputation mais ne m’étais jamais lancée dans la lecture d’un de ses romans jusqu’à il y a peu. Alors commençons par le commencement, j’ai entendu parler de lui quand j’habitais à Londres : oui, oui, il est tellement populaire que ses romans ont passé la Manche. Malgré cet éloge, je n’avais pas passé le cap de l’achat et pourtant je suis devant passée devant son nom. Il faut dire que vu le nombre de livres qui trainent dans ma bibliothèque et que je dois encore lire, je réfrène au maximum mes achats. Manque de chance, pour ma fête, ma petite maman m’a offert Robe de marié en me promettant un super thriller qui se lit vite et dont l’histoire nous entraine immédiatement. C’est ainsi que sans attendre je me suis lancée dedans et force est de constater qu’elle avait raison : ça se lit tout seul. On découvre ainsi Sophie, une nurse victime de trouble de la personnalité et sujette à des trous de mémoire. Rapidement, elle tue le petit garçon qu’elle garde et s’enfuit. Lors de sa fuite, elle croise une jeune femme qui lui vient en aide, et idem, elle trouve la mort sans que Sophie n’en garde le moindre souvenir. Elle fuit la police, change régulièrement de ville et d’identité, mais lasse, elle décide de se procurer un faux extrait de naissance et de se marier. Si cette première partie du roman est relativement intéressante, c’est la deuxième partie qui m’a paru la plus intéressante. ATTENTION SPOILERS ! Dans la deuxième partie du roman, on découvre que Sophie n’est pas folle. Bon vous me direz, en même temps, on s’en doutait. On tombe donc un jeune homme qui en fait sa cible : il se procure les clés de son appartement, ses mots de passe, la traque, l’espionne, trafique ses médicaments, etc. Sophie va ainsi peu à peu sombrer dans la folie et la dépression. Au départ, elle oublie un objet, ou d’envoyer un mail, puis peu à peu, elle s’enfonce dans la spirale infernale. J’ai personnellement beaucoup aimé cette deuxième partie car on voit l’état de Sophie se dégrader et on comprend pourquoi. On découvre d’ailleurs à la fin que Sophie, qui s’apprête à épouser Franck, va en réalité épouser son bourreau. On enchaine ainsi sur les parties trois et quatre du roman, parties pendant lesquelles on pourquoi Franck en veut précisément à Sophie. Je vous expliquerai volontiers toute l’histoire mais je préfère vous laisser le découvrir par vous-même car j’en ai déjà pas mal dit. A vôtre lecture !